Historique

par  admin

Septembre 1976 : Ouverture de l’École Nationale du premier degré plus connue sous le nom de l’École de la Batellerie.

Juin 1987 : Compte tenu de la baisse des effectifs, le Conseil Régional de Bourgogne prend la décision de fermer la « Batellerie » et décide de transformer les locaux pour y implanter un nouveau lycée.

Mars 1988 : Début des travaux.

6 Septembre 1988 : première rentrée du « lycée polyvalent régional IV », nom choisi dans l’attente d’un patronyme officiel.

14 septembre 1988 : inauguration du quatrième lycée chalonnais, par M. Lucotte, président du Conseil Régional de Bourgogne et M. Perben, Député Maire de Chalon-sur-Saône.

Février 1989 : Début de la seconde tranche des travaux qui permettra la réalisation de 19 salles de classe polyvalentes, d’un centre de documentation et de salles de réunions élèves-professeurs, de vestiaires, d’un self-service avec cafétéria et réfectoire, pour s’achever en septembre.

6 Mars 1989 : Le Conseil Régional de Bourgogne adopte la proposition de nom patronymique pour le lycée. Il portera donc le nom de HILAIRE DE CHARDONNET.

25 Avril 1989 : Le lycée Hilaire de Chardonnet est pourvu d’un sigle pour véhiculer son image. Le logo représente une spirale symbolisant le premier cycle scolaire, et une flèche pour aller au-delà. Mlle Phung My Linh, élève de seconde, est la réalisatrice de ce logo. Elle a donné l’interprétation suivante de son travail : « des cercles concentriques pour représenter la progression dans les classes de Seconde, Première, Terminale, et une flèche comme symbole du but à atteindre : le baccalauréat ».

Le coût total de l’opération « Quatrième lycée chalonnais » s’élèvera à 23 millions de francs financés à hauteur de 20% par la ville de Chalon-sur-Saône.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

  • Historique

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 25 mars 2017

Publication

530 Articles
Aucun album photo
4 Brèves
8 Sites Web
92 Auteurs

Visites

43 aujourd’hui
392 hier
551786 depuis le début
7 visiteurs actuellement connectés